L'ancriabulleur

18 septembre 2017

A la trace

Cette cliente-là est comme un escargot: sa connerie la suit à la trace dans les contradictions qu'elle bave à chaque e-mail. 

Posté par Ceher à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 septembre 2017

Un pansement

Ceci est le jour où j'ai découvert que le Gaviscon était une sorte de cyclone: ouragan de catégorie Irma pour avaler un truc aussi dégueu, 5 mn de bien-être où on croit que tout est fini (erreur: bien-être = oeil du cyclone) et puis tempête hurlante de plus belle.

'C'est un pansement, mademoiselle, c'est la seule chose que je peux vous autoriser à prendre contre vos brûlures d'estomac.'

Perso, j'ai jamais vu un pansement ressembler aussi furieusement à Chucky poupée de sang.

Posté par Ceher à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2017

N'est-ce pas

Des pages et des pages à parler d’un autre qui n’était jamais là et quelques lignes de présence seulement sur toi. Le déséquilibre de mes mots révèle tout le poids de ta vie dans la mienne.

Je relis ces centaines de feuilles noircies, ces déclarations qui ont fait de Personne un personnage à force d’être toujours absent. Toi, silencieux, tu te tiens toujours au bon endroit, à côté ou derrière moi, quand j’avance ou quand je tombe, au bon moment.

J’ai écrit tellement de choses sur des hommes qui ne me donnaient rien, et je suis si muette pour celui qui m’a donné son âme. Mais ces hommes-là étaient en plomb, que j’ai traînés à mes chevilles sans pouvoir avancer. Pour combler l’immobilité, j’ai parlé.

Alors que toi, mon homme, tu sais que le silence est d’or, n’est-ce pas ?

Posté par Ceher à 15:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]

13 septembre 2017

Tire-larmes

Le Bon Dieu doit regarder une série bien tire-larmes ; le ciel déverse son chagrin sur le jardin.

Posté par Ceher à 20:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 septembre 2017

Photomaton (rattrapage)

L'Homme ayant remarqué une tendance prononcée de sa moitié à s'enrouler comme un nem dans les tous les plaids qui traînent, il a décidé d'investir dans une couverture en polaire toute blanche qui serait ma propriété exclusive sur le canapé. "Et celle-ci, elle est pour toi, pas pour le chat, d'accord le Chat?"

Une heure plus tard, la couverture est transformée en bonhomme de neige avec des reflets roux, et présente deux oreilles de forme distinctement triangulaire. On gâtouille, passe-moi ton téléphone, je vais le prendre. Photomatou.

Posté par Ceher à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Secouez-moi

Il y a des clients, on a beau les secouer, la pulpe, elle reste toujours collée au fond.

A se demander s'ils en ont, de la pulpe.

Posté par Ceher à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2017

Peinture

Quand le vernis du couple s'écaille et qu'apparaît la première couche de peinture, le véritable chantier commence.

Posté par Ceher à 19:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Pommade (rattrapage)

Depuis quand mes nuits ne sont-elles plus blanchies que par la pommade à l'arnica? Où sont passées les fantasmes?

Posté par Ceher à 19:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 août 2017

Rebrousse-poil

La colère, c'est quand les mots des autres vous caressent à rebrousse-poil. Et quand on se fait incendier par quelqu'un, c'est à cause de l'électricité statique que ça produit.

Posté par Ceher à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2017

A rebours

Un monstre endormi remue vaguement au fond de ma mémoire en lisant la consigne d'aujourd'hui. A rebours, c'était pas ce roman de Huysmans dont on m'a rebattu les oreilles encore et encore en hypokhâgne? Et pourtant, va savoir pourquoi, j'ai jamais pu me résoudre à l'ouvrir.

Par souci du détail, je vérifie sur internet s'il s'agit bien du titre du livre auquel je pense. Première ligne de Wikipedia sur l'ouvrage: "la particularité de ce roman est qu'il ne s'y passe presque rien".

Comme quoi, mon instinct de survie a commencé à se manifester dès mes plus tendres années.

Posté par Ceher à 20:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]