L'ancriabulleur

19 juillet 2016

Mais alors

La Céher a disparu du paysage pour cause de vacances intempestives et néanmoins bienvenues sur les côtes bretonnes censées être tout aussi intempestives mais qui ne l'étaient en fait pas du tout. Mais alors pas du tout. 19 degrés max, qu'y disaient, à Météo France. J'ai jamais eu aussi chaud de ma vie que dans le Finistère.

 

L'an prochain, j'ajoute un petit astérisque à ma déclaration d'impôts, rubrique 'déductions et charges diverses': * je déduis 45 euros de mon revenu imposable dans la mesure où ces 45 euros contribuent à l'entretien d'un service public météorologique apparemment fortement charlatané. Je sais bien que la météo n'est pas une science exacte et peut donner lieu à de petites erreurs, mais alors dans le cas de Brest ces derniers jours, on était quand même plus dans la grosse boulette que dans la petite erreur.

Posté par Ceher à 13:09 - Commentaires [4] - Permalien [#]


27 juin 2016

Prix de groupe (rattrapage)

Au pays du je-m'en-prends-plein-la-tronche, les soldes ont commencé, c'est la danse des vannes.

Le rituel du dîner au resto vietnamien entre amis aurait pu être sympa. Il était même peut-être presque sympa quand on vit dans un monde où le verre est plutôt à moitié plein. Dans mon monde à moi, le verre, je l'aurais volontiers balancé à la figure de mes convives.

Tous les sujets y passent et mon thermomètre interne approche le point d'ébullition.

Je me demande si un tueur à gages, ça pratique le prix de groupe.

Posté par Ceher à 18:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 juin 2016

Fil conducteur

Ce chat, honnêtement, j'aurais du l'appeler Boomerang. A chaque fois que je l'ai refilé à quelqu'un, il m'est revenu en pleine figure. Et c'est une fois installé chez l'alors-futur-homme-de-ma-vie qu'il se trouve bien où il est et consent à se poser.

Un véritable trait d'union, une grenouille qui aurait sauté de nénuphar en nénuphar pour me guider comme un fil conducteur jusqu'à lui. Et l'électricité dans les nénuphars, ça fait des étincelles.

Posté par Ceher à 18:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 juin 2016

Vite

Vu la dominante délicatement gris foncé du ciel ce matin, je me dis que vive le parapluie, vite un parapluie pour la défaite de la Musique.

Posté par Ceher à 10:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 juin 2016

Un four

Une comptine pour cueillir les mots, ma comptine fait un four, ma fierté passe à la caisse.

Posté par Ceher à 21:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]


12 juin 2016

Feuille (rattrapage du 10 juin)

La distance qui me sépare du chaos total a l'épaisseur d'une feuille. Mais il souffle sur cette feuille avec une dextérité qui me tient en équilibre.

Posté par Ceher à 12:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Moins

Moins de points d'interrogation dans la tête, c'est possible?

Posté par Ceher à 12:58 - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 juin 2016

Les Règles du jeu

Deux je sans dés à lancer, voilà ce qu'on était devenu. Le sort était jeté, le destin c'est que le Bon Dieu qui éternue. Et puis mon je tout seul a rencontré un tu, et les règles ont changé, c'est ma frousse qui s'est tue.

Posté par Ceher à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chatouille (rattrapage)

Il y en a un qui se fout de ma gueule, là-haut. Même les plus récalcitrants de mon entourage ne peuvent, cette fois-ci, qu'opiner du bonnet.

Ma vie c'est un jeu de quilles, et il y en a un là-haut qui s'amuse à chatouiller les chiens pour qu'ils viennent tout envoyer valser dans mon couloir à chaque fois que je relève la dernière quille.

Sauf qu'avec le temps, lui il a peut-être les quilles, mais moi j'ai de la bouteille, alors ça prend pas, non non. Remballe tes chiens, mon gars, je me débrouille toute seule au strike, merci bien. Même si la boule que je lance ressemble fort au casque de mon cosmonaute....

Posté par Ceher à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2016

Exclusivité (rattrapage du 4 juin)

Des binômes et des duos, j'en ai connus et puis des bas et puis des hauts, et des tordus. Jusqu'à ce soir, il faut que je te dise, j'hésitais, la frousse la peur le temps, tout ça, je savais pas. Mais il y a eu les lumières et ta guitare, et tes yeux dévoilés, et sous mon regard tu m'as souri, mon exclusivité.

Posté par Ceher à 15:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]